Air de Peinture

Qui ne se souvient des premières expositions de Manuel Martinez ? De ces cadres éclatés vissés sur les murs, de ces personnages multicolores qui franchissaient le rubicond de la bienséance et s'enfuyaient dare-dare à toute blinde hors du tableau ? C'était une figuration en cavale, une espèce de tohu-bohu généralisé, une saturnale néronienne dans laquelle le peintre se faisait le complice de sa toile qui s'obstinait, à repousser des pieds, des mains, et des corps en furie, le mur sur lequel elle aurait immanquablement fini par reposer.

André Murcie ( in Ecrits sur l'Art )

ECLATS D'AVANT

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom